Pause yoga : les effets !

Il y a un mois de cela, j’ai appris une mauvaise nouvelle : j’ai une fissure au ménisque.

Je vous passe les explications technico-médicales, mais en clair je dois me faire opérer du genou, ce qui pour moi équivaut à : ARRÊTE TOUT TOUT DE SUITE ! Ou en tout cas c’est ce que j’ai cru entendre sortir de la bouche du médecin lors de son annonce.

D’ailleurs je ne m’habituerai jamais à l’impassible neutralité
des médecins lorsqu’ils vous annoncent que votre vie va basculer…
Bon ok j’exagère un peu là.

docteur

Et donc j’ai dû envisager ce que je ne pensais pas devoir faire de sitôt et que je redoutais d’une certaine façon : faire une pause dans ma pratique du yoga.

Je précise que j’ai pratiqué le yoga un certain temps avec ma blessure et que j’ai même persévéré croyant que la douleur allait passer. Mais non. Et que je précise également que dès l’annonce de la nouvelle, j’ai eu 2 fois plus mal. Ah la la, encore cette histoire de puissance de l’esprit sur le corps.

Ne prenez jamais une douleur à la légère, surtout lorsqu’elle dure… longtemps.

What happened ?

Mais comment diable ai-je pu me fissurer le ménisque ? Je ne sais pas.

Je me souviens que je marchais dans le couloir au boulot, en direction des toilettes (cette dernière précision je l’enlève dans ma version orale, je trouve que ça ne fait pas très glamour. Mais là on est entre nous hi hi) et j’ai juste tourné, je veux dire, changer de direction vu qu’il y avait un mur devant moi… Bref juste un mouvement qu’un être humain normal fait 40 fois par jour!

Et là : craque ! Je m’attrape le genou. Qu’est-ce qu’il vient de se passer ? J’ai hyper mal ! Là je m’assois [sur les toilettes] et je me pose 5 secondes. [… la la la la je vous laisse imaginer]. Je repars à mon poste de travail. J’ai toujours mal, mais c’est supportable.

Là-dessus j’ai continué à faire mon sport habituel, à l’époque j’étais inscrite dans une salle et je faisais du yoga à la maison. J’avais mal mais t’inquiète! Ça va passer ! Puis je suis tombée enceinte. Puis j’ai eu ma fille, et je me suis dit : « dis donc j’ai toujours mal, il faudrait peut-être penser à aller consulter… ». Bref le comportement responsable d’une grande personne responsable.

Le médecin ne m’a d’ailleurs pas vraiment donné de raison. Elle m’a vaguement dit que c’était peut-être une érosion qui a pris du temps et un peu jour bla bla bla. Ok ok.

Effet n°1 : état d’esprit

A tort, à dans ma définition de « la pause » j’ai inclus… tout. C’est à dire arrêt total. C’est-à-dire ne rien faire du tout du tout. Et non pas ne rien faire comme une méditation. Non! Genre glander ! Bon, je ne me peux pas vraiment me permettre de glander à 100% vu que je suis maman mais quand même, mes heures habituelles de yoga se sont vues remplacées par jouer avec ma fille. Ce que j’adore par-dessus tout d’ailleurs.

gros_chatOui j’adore les chats, on ne va pas polémiquer dessus ok ?

Mais très vite j’ai ressentie un réel manque. Par manque, je veux dire comme des tensions impalpables que se développaient dans mon esprit. Vous avez saisi ? En clair, je me sentais un peu tendue. Je n’avais pas réalisé jusqu’alors que le yoga avait eu un réel effet mon état d’esprit. Comme un sportif de haut niveau (whou j’y suis pas du tout) qui se voit forcer d’arrêter de pratiquer sa passion.

Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis tombée dans une dépression profonde, loin de là, je suis une personne très heureuse. Mais c’était comme si j’avais dû dire au revoir à un ami proche, et que je ressentais le manque de sa présence. J’aime le fait de penser que le yoga est comme un ami.

Effet n°2 : les muscles

Après cette pause un peu trop intense (que j’attribue au choc de la nouvelle), j’ai décidé de réactiver mon cerveau et de le forcer à avouer : « oui, on peut adapter une séance de yoga pour les douleurs au genou ». D’ailleurs il y a des vidéos sur YouTube très bien à ce sujet.
J’aurais pu également juste poser la question à un gentil professeur de yoga, qui, je suis sûre, aurait été ravie de relever le défi de cette problématique.

J’ai donc décidé de me faire une petite séance histoire de réactiver la machine.

J’ai commencé par une petite méditation de 5 minutes, assise en tailleur. Avec ma blessure, même pas la peine de penser au lotus (genre j’arrive à faire le lotus piouf). Et là OMG ça fait du bien !

Puis après quelques échauffements en table, chat, chat, rotation de la tête et du buste, je décide de me mettre en chien tête en bas. Et là.. qu’est-ce-qu’il se passe? Il y a comme un blocage au niveau des tendons arrière des genoux. D’habitude, je n’arrive pas toujours à poser les pieds à plat, mais là je suis carrément obliger de plier les genoux. La honte !

« La honte » n’est pas vraiment une notion présente en yoga.
Au contraire, si ton corps ne veut pas, ne le fait pas.
Ou bien essaye, et tu feras mieux la prochaine fois.

Pareil pour la salutation au soleil. Impossible de poser mes mains à terre, et impossible de mettre mon dos droit juste avec chaturanga. A ce stade-là, j’ai dû perdre les novices, désolée.

Bref, tout ça pour dire que je comprends maintenant les profs de yoga qui disent que leur corps est comme noué.

Mais ce n’est pas bien grave. Le célèbre et regretté BKS Iyengar explique dans tous ses livres que son corps était noué à ses débuts en yoga. Et il a fini par être l’un des maîtres les plus respectés !

Ça fout un coup au moral, mais petit à petit, je me lui suis promise à ce moment-là, je retrouverais mon niveau et même, je m’améliorerai.

Vers l’infini et au-delà !

Effet n°3 : prise de poids

monkeyJe pratique le yoga dynamique, c’est-à-dire Ashtanga, Vinyasa et tous types de yoga flow. Du coup je m’attendais à une grosse prise de poids à l’arrêt du yoga.

Et ben non !
Ce que j’avais oublié c’est qu’en adoptant le yoga dans ma vie, j’ai aussi drôlement changé mes habitudes alimentaires. J’en reparlerai, mais en clair ma consommation de légumes et autres aliments végétaux est montée en flèche et ma consommation de viande est en chute libre. Je ne suis pas encore prête à être végétarienne et je ne prévois pas de le devenir pour le moment, mais il m’arrive assez souvent de déjeuner/dîner végé.

J’avais d’ailleurs observé une belle perte de poids par forcément intentionnelle (quoique nous les dames on est jamais fâchée de la disparition d’un ou deux kilos) depuis que j’ai pris ce grand virage dans ma vie. J’aborderai plus en détail mes habitudes alimentaires dans d’autres articles, mais en clair, je mange le plus sainement possible, tout simplement. Et en même temps, j’essaye de ne pas virer psychopathe de l’alimentation, ce qui n’est pas tous les jours chose facile.

Solutions

En attendant l’opération et très certainement après, je vais devoir réviser sérieusement ma pratique du yoga. Je vais donc sans doute augmenter le temps dédié à la méditation et au pranayama (respiration), ce qui ne sera pas du tout une mauvaise chose en fin de compte. Je vais aussi éviter au maximum les postures qui impliquent de plier le genou. Là vous devez certainement vous demander : comment ? J’avoue que ce n’est pas très clair pour moi non plus. Mais je ne manquerai pas de partager tout cela avec vous.

C’est bien dommage car je venais de me lancer dans ce blog 🙁

Mais ne vous inquiétez pas. La pratique physique ou encore les Asanas, ne sont qu’une toute petite partie de ce magnifique art qu’est le yoga et je continuerai toujours à bloguer sur tout ce qui touche au yoga.

Et sinon, la suite ?

La suite c’est RDV avec l’orthopédiste, opération, repos, convalescence… J’espère juste que cela ne remettra pas en cause ma formation de yoga que je prévois de suivre en mai 2015. Aïe aïe aïe.

See you !

(car je trouve que dire Namaste à la fin de chaque article, c’est un peu cliché)


My yoga break : the effects

A month ago, I learned a very bad news: I have a crack at the meniscus.

I’ll spare you the techno-medical explanations, but I have to have a knee surgery, which for me equals to: STOP EVERYTHING RIGHT NOW! Or at least that’s what I thought I heard from the mouth of the doctor during his announcement.

Besides, I will never get used to the impassive neutrality of
doctors when they announce that your life is about to change…
Ok I’m exaggerating a little there.

And so I had to consider what I didn’t plan to consider any time soon and that I feared some way: take a break from my yoga practice.

I have to say that I continued to practice with my injury, thinking that it would pass… but it didn’t. And after the announcement of the new, it started to hurt twice more. Oh la la, yet the story of the power of mind over body.

Do not take pain lightly, especially when it lasts … long, I mean long.

What happened?

But how the hell did I crack my meniscus? I don’t know.

I remember I was walking down the hallway at work, in the direction of the toilets (this last point I remove it from my oral version, I think it’s not very glamorous. But here it’s just between you and me hee hee) and I just changed direction because there was a wall in front of me … Just a movement than a normal human being does 40 times a day!

And there: crack! I grabbed my knee. What did just happen? It hurts! Here I sit [on the toilet] and I stay there for 5 seconds. [… La la la la you can imagine]. I leave. It still hurts, but it’s bearable.

Whereupon I continued to do my usual sport, at the time I was enrolled in a gym and I was doing yoga at home. It hurt, but don’t worry! It will pass! Then I got pregnant. Then I had my daughter, and I said to myself, « It still hurts very badly, I should perhaps think about going to see a doctor …» The responsible behavior of a responsible adult… months later.

The doctor did not really give me a reason. She vaguely told me that it was perhaps erosion that has taken time and someday blah blah blah. Ok ok.

Effect 1: mindset

Rightly, in my definition of « break » … I included everything. The blackout. I mean, do nothing at all. And not like a meditation. No! Loaf about! Well, I cannot really afford doing nothing 100% as I am a mother but still, my usual hours of yoga were replaced by playing with my daughter. Which I love most of all for that matter.

But soon I felt a big lack. I mean like impalpable tensions growing in my mind. Did you get me? Clearly, I was feeling a bit tense. I had not realized until then that yoga had a real effect on my mindset. As a top athlete (whou I’m not there at all) who is forced to stop practicing his passion.

I do not say that I fell into a deep depression, far from it; I am a very happy person. But it was as if I had to say goodbye to a close friend, and I felt the lack of his presence. I like to think that yoga is like a friend.

Effect 2: muscles

After the too intense break (which I attribute to the shock of the new), I decided to reactivate my brain and force him to confess: « Yes, we can tailor a yoga session for knee pain ». Besides, there are very good videos on YouTube about it.

I could also just ask to a nice yoga teacher, who I’m sure would have been delighted to take on the challenge of this problem.

So I decided to do a little practice to reactivate the machine.

I started with a short 5 minute meditation sitting cross-legged. With my injury, don’t even bother to think of doing the lotus (as if I could do the lotus). And OMG it’s so good!

Then after a few warm-ups in table, cat, rotation of the head and chest, I decided to put myself into a downward facing dog. And then… what? There has to be a blockage in my hamstrings. Usually I do not always manage to put my feet flat, but there I am forced to bend my knees. Shame!

« Shame » is not really a concept in yoga.
If your body does not want, do not.
Or try and you will do better next time.

The same happened for the sun salutation. Cannot put my hands down, and impossible to put my back straight before Chaturanga. At that point, I had to lose the novices, sorry.

I now understand yoga teachers who say their body is like tied. But it’s no big deal. The famous and regretted BKS Iyengar explains in his books that his body was tied when he started yoga. And he ended up being one of the most respected masters! Little by little I promised myself to do better.

To infinity and beyond!

Effect 3: weight gain

I do dynamic yoga, I mean, Ashtanga, Vinyasa yoga and all types of flow. So I was expecting a big weight gain when I stop yoga.

And well no!

What I had forgotten is that by adopting yoga in my life, I also hugely changed my eating habits. I will come back about this later, but my intake of vegetables and other plant foods is skyrocketing and my meat consumption is falling.

I also had a nice weight loss not necessarily intentional (though we ladies are never sorry for the loss of one or two kilos) since I took this big turn in my life. I will give more details about my eating habits in other articles, but to stay concise, I eat as healthy as possible. At the same time, I try not to become psychopath about food, which is not often easy.

Solutions

Pending the operation and certainly after, I’ll have to seriously review my yoga practice. I will probably increase the time dedicated to meditation and pranayama (breathing), which will not at all be a bad thing at the end. I will also avoid as much as possible postures that involve bending the knee. There you should ask yourself how? I admit it’s not very clear to me either. But I will certainly share it with you.

This is unfortunate because I just started this blog 🙁

But don’t worry. Physical or asanas practice, are only a small part of this beautiful art that is yoga and I will still continue to blog about everything related to yoga.

And now what?

An appointment with an orthopedist operation, rest, recovery … I just hope this does not jeopardize my yoga training I plan to follow in May 2015. Ouch.

 

See you!

(Because I think Namaste at the end of each article, it’s a bit cliché)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *